Congrès Annuel


Affiches présentées dans la galerie virtuelle du Grand Forum 2020 de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (A.P.E.S.). Les affiches seront disponibles pour visionnement sur le site www.grandforumapes.com jusqu’au 25 novembre 2020. ( Return to Text )


CEFTOBIPROLE: ÉTUDE DE STABILITÉ EN SAC DE CHLORURE DE POLYVINYL POUR USAGE EN AMBULATOIRE

Isabelle Cloutier1, Sylvie Pilote2, Isabelle Taillon1, Julie Racicot1, Benoit Drolet2,3, Chantale Simard2,3

1Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec-Université Laval, Québec (Québec) Canada;
2Centre de recherche, Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec-Université Laval, Québec (Québec) Canada;
3Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada

Introduction

Le ceftobiprole médocaril (ZevteraMD) est un antibiotique injectable possédant une double couverture du Pseudomonas aeruginosa et du Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline. Certains patients, dont ceux atteints de fibrose kystique, sont porteurs de ces deux bactéries. Bien que le ceftobiprole soit habituellement débuté chez les patients hospitalisés, il arrive que ces derniers terminent leur traitement à domicile via le programme d’antibiothérapie intraveineuse ambulatoire et à domicile.

Objectif

L’étude vise à étudier la stabilité de deux concentrations de ceftobiprole médocaril reconstitué dans le NaCl 0,9 % afin d’établir une préparation permettant une administration de la dose usuelle par pompe en ambulatoire.

Méthode

Six reconstitutions de ceftobiprole à 2 et 2,8 mg/mL ont été préparées en sac de chlorure de polyvinyl (PVC) (triplicata) à partir de fioles de 500 mg. Les préparations ont été entreposées à température pièce ou à 4°C jusqu’à l’analyse. Aux temps suivants: 0, 12, 24, 48, 72, 84, 96 et 120 heures, un échantillon de chaque préparation a été quantifié par chromatographie liquide à haute performance.

Résultats

On retrouve près de 90 % de la quantité initiale à 24 heures pour les préparations de 2 et de 2,8 mg/mL entreposées à température pièce (88,0 % et 92,0 % respectivement). Toutefois, lorsqu’entreposées à 4°C, on retrouve encore 90,8 % et 89,8 % respectivement de la quantité initiale à 120 heures.

Conclusion

Cette étude confirme que les solutions de ceftobiprole médocaril maintiennent une stabilité suffisante pendant 24 heures à température pièce et pendant 120 heures à 4°C, ce qui permet l’administration en ambulatoire.


DESCRIPTION DES ACTIVITÉS RÉSERVÉES DE LA LOI 41 RÉALISÉES PAR LES PHARMACIENS DANS UN HÔPITAL UNIVERSITAIRE

Alexandre Sanctuaire1, Rosalie Darveau1, Catherine Ouellette1, Ann Pandev-Girard1, Julie Racicot2,3, Julie Méthot2,4,5

1Candidat au Pharm.D. au moment de la réalisation du projet, Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
2Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval, Québec (Québec) Canada;
3Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
4Centre de recherche, Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval, Québec (Québec) Canada;
5Directrice du programme de maîtrise en pharmacothérapie avancée, Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada

Affiche présentée à la 51e édition du Professional Practice Conference de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux, le 3 février 2020 à Toronto ( Return to Text )

Publication à venir: Méthot J, Sanctuaire A, Darveau R, Ouellette C, Pandev-Girard A, Racicot J. Description des activités réservées de la Loi 41 réalisées par les pharmaciens dans un hôpital universitaire. CJHP 2020. ( Return to Text )


DESCRIPTION DE L’USAGE DU SUGAMMADEX DANS LES CENTRES HOSPITALIERS UNIVERSITAIRES DU QUÉBEC – PROGRAMME DE GESTION THÉRAPEUTIQUE DES MÉDICAMENTS

France Varin1,2, Marie-Claude Michel2,3, Martin Turgeon2,4, Ghislain Bérard2,4, Chantal Guévremont2,5, Nathalie Marcotte2,3, Élaine Pelletier2,6, Louise Deschênes2,3, Paul Farand2,4, Daniel Froment1,2, Philippe Ovetchkine2,6, Raghu Rajan2,5

1Centre hospitalier de l’Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada;
2Programme de gestion thérapeutique des médicaments, Montréal (Québec) Canada;
3Centre hospitalier universiaire de Québec – Université Laval, Québec (Québec) Canada;
4Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie-Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, Sherbrooke (Québec) Canada;
5Centre universitaire de santé McGill, Montréal (Québec) Canada;
6Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec) Canada

Introduction

Le sugammadex est un nouvel agent disponible pour renverser un bloc neuromusculaire (BNM). L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux a émis un avis favorable uniquement pour une décurarisation immédiate en situation d’urgence et les Centres hospitaliers universitaires (CHU) l’ont rendu disponible selon cette recommandation. Un formulaire provincial élaboré par les CHU doit être complété par l’anesthésiologiste à chaque utilisation.

Objectif

Décrire l’usage du sugammadex dans les CHU du Québec.

Méthode

Des anesthésiologistes et des pharmaciens ont participé à l’élaboration d’un formulaire, incluant divers indicateurs, et à l’analyse des résultats. Les formulaires complétés entre juin et décembre 2018 ont été recensés.

Résultats

Cent patients ont reçu du sugammadex après diverses chirurgies. Le taux de réponse est supérieur à 92 % pour la majorité des indicateurs. La raison d’utilisation a été précisée pour 94 % des cas et se répartit ainsi: décurarisation immédiate (n = 8 mais deux patients correspondent réellement aux critères de cet usage), décurarisation à la suite d’un BNM profond (n = 29), BNM modéré (n = 11), BNM résiduel (n = 24), patient vulnérable (n = 21), chirurgie écourtée (n = 20), autres (n = 22). 98 % des cas diffèrent de l’indication autorisée. Les doses utilisées varient pour une même indication et ne correspondent pas toujours aux recommandations.

Conclusion

Le sugammadex est utilisé chez des adultes, pour plusieurs indications autres que la décurarisation immédiate. Une révision de son statut dans les CHU s’impose pour établir si d’autres indications pourraient être jugées acceptables et ainsi en optimiser l’usage. Un enseignement sur les doses est nécessaire. Finalement, un positionnement à la Liste des médicaments-Établissements est attendu et souhaitable.


TRAJECTOIRE DE SOINS PHARMACEUTIQUES CHEZ LES AÎNÉS À RISQUE DE PROBLÈMES MÉDICAMENTEUX, UNE ÉTUDE PILOTE DANS LA RÉGION DE MAGOG

Benoit Cossette1,2, Geneviève Ricard1,2, Rolande Poirier2, Suzanne Gosselin1,2, Marie-France Langlois1,2, Mylaine Breton1, Caroline Sirois3, Claudie Rodrigue2, Benjamin Piché4, Sara Khalilipalandi1, Lise Trottier2, Louise Mallet5,6

1Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke, Sherbrooke (Québec) Canada;
2Centre intégré universitaire de Santé et de Services sociaux de l’Estrie-Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, Sherbrooke (Québec) Canada;
3Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
4Département de mathématiques, Université de Sherbrooke, Sherbrooke (Québec) Canada;
5Faculté de Pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada;
6Centre universitaire de santé McGill, Montréal (Québec) Canada

Introduction

Les effets indésirables des médicaments contribuent à 30 % des hospitalisations des aînés, dont la moitié pourraient être évitées. Les trajectoires de soins pharmaceutiques réduisent les réadmissions bien que les interventions optimales et leur mise en œuvre doivent encore être évaluées.

Objectif

Évaluer la faisabilité de la mise en place d’une trajectoire de soins pharmaceutiques chez les aînés du Québec.

Méthode

Étude pilote à l’hôpital et dans les huit pharmacies communautaires de Magog. Un plan de soins pharmaceutiques a été élaboré par le pharmacien hospitalier. Au congé de l’hôpital, le plan de soins a été transféré au pharmacien communautaire qui réalisait les visites avec le patient trois à cinq jours après le congé et mensuellement pendant six mois.

Résultats

Sur les 90 patients recrutés, 76 ont obtenu leur congé avec un plan de soins pharmaceutiques (âge moyen: 80 ans; femmes: 53 %). Les principaux critères d’inclusion étaient: ≥ 15 médicaments (58 %) et ≥ deux visites aux urgences (trois derniers mois) ou ≥ une hospitalisation (12 derniers mois) (42 %). Les pharmaciens communautaires ont réalisé une première visite pour 66 patients, avec une moyenne de 5,5 visites par patient. Le temps moyen par intervention a été de 222 minutes pour les pharmaciens hospitaliers et 50 minutes (première visite) et 31 minutes (visites suivantes) pour les pharmaciens communautaires.

Conclusion

Cette étude, qui a démontré la faisabilité de la trajectoire proposée dans une région du Québec, est suivie d’une seconde étude, en cours dans trois régions du Québec.


APPROCHE ADAPTÉE À LA PERSONNE ÂGÉE: SUIVI DE L’UTILISATION DES SÉDATIFS ET ANTIPSYCHOTIQUES EN MILIEU HOSPITALIER

Louise Papillon-Ferland1,2,3, André Bonnici1, Chantal Guévremont1, Louise Mallet1,2

1Centre Universitaire de Santé McGill, Montréal (Québec) Canada;
2Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada;
3Institut universitaire de gériatrie de Montréal, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, Montréal (Québec) Canada

Introduction

Un usage judicieux des sédatifs/antipsychotiques chez la personne âgée hospitalisée est recommandé compte tenu des risques associés.

Objectif

Dans le cadre du suivi d’indicateurs reliés à l’approche adaptée à la personne âgée, évaluer le pourcentage global de prescriptions de sédatifs (benzodiazépines et zopiclone)/antipsychotiques pour les patients de 75 ans et plus hospitalisés au Centre Universitaire de Santé McGill (CUSM) ainsi que le taux de prescriptions chez les patients naïfs à ces médicaments avant l’hospitalisation.

Méthode

Une revue prospective des dossiers-patients d’une semaine par unité de soins a été réalisée entre juillet 2017 et janvier 2018 par le département de pharmacie. Un suivi a ensuite été effectué à l’été 2018 puis en 2019 après diffusion des résultats aux équipes médicales à la suite de chaque audit.

Résultats

Un total de 1074 dossiers-patients ont été évalués. Le pourcentage global de prescriptions de sédatifs lors de l’audit initial était de 27,5 % puis de 23,6 % et 21,4 % lors du second et troisième audit respectivement. Pour les patients naïfs, le pourcentage initial de prescriptions de sédatifs était de 14,7 %, puis de 13,2 % et 9,8 % lors des audits subséquents. Dans le même ordre, le pourcentage de prescriptions d’antipsychotiques pour les patients naïfs était de 9,8 %, 6,2 % et 10,3 %, respectivement.

Conclusion

Cette revue d’utilisation des sédatifs/antipsychotiques au CUSM a permis d’effectuer un suivi de ces prescriptions chez la personne âgée et d’initier des changements afin d’optimiser leur usage (révision des ordonnances pré-rédigées et rétroaction auprès des services médicaux).


Affiche présentée à la 5e édition du Forum du Réseau universitaire intégré de santé et de services sociaux (RUISSS) de l’Université de Montréal, le 6 juin 2019 à Montréal ( Return to Text )


PORTRAIT DES PHARMACIENS PRATIQUANT DANS UN GROUPE DE MÉDECINE DE FAMILLE AU QUÉBEC: UN REGARD SUR LES GMF UNIVERSITAIRES

Marie-Claude Vanier1,2, Nicolas Dugré1,3, Anne Maheu1,4, Léonie Rouleau1, Lyne Lalonde1, Line Guénette5,6,7

1Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada;
2Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval, Groupe de médecine de famille universitaire Cité de la santé de Laval, Montréal (Québec) Canada;
3Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-del’Île-de-Montréal, Groupe de médecine de famille universitaire Sacré-Cœur, Montréal (Québec) Canada;
4Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l’Île-de-Montréal, Groupe de médecine de famille universitaire Bordeaux-Cartierville, Montréal (Québec) Canada;
5Centre de Recherche du Centre hospitalier universitaire de Québec, Axe Santé des Populations et Pratiques Optimales en Santé, Québec (Québec) Canada;
6Faculté de Pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
7Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale, Québec (Québec) Canada

Introduction

En janvier 2019, 79 % (262/333) des groupes de médecine de famille (GMF) comptaient au moins un pharmacien dans leur équipe. Peu d’information existe quant aux activités de ces pharmaciens et aux différences entre les GMF et les groupes de médecine de famille universitaires (GMF-U).

Objectif

Décrire les caractéristiques et activités des pharmaciens travaillant dans les GMF et comparer les GMF aux GMF-U.

Méthode

Les pharmaciens pratiquant en GMF ou GMF-U ont été recensés et invités à répondre à un questionnaire en ligne portant sur leurs caractéristiques, activités, satisfaction, besoins, intégration et collaboration. Une analyse descriptive et des tests statistiques ont été effectués.

Résultats

178 pharmaciens ont participé dont 46 (25,8 %) travaillant en GMF-U. La moyenne du temps pharmacien était de 19,5 (± 11,7) heures/semaine en GMF-U c. 15,8 (± 10,8) en GMF. Les pharmaciens en GMF-U avaient plus d’expérience de cette pratique (34,8 % avait rejoint un GMF-U depuis plus de trois ans comparativement à 6,8 % pour les pharmaciens GMF) (p = 0,05). Les activités les plus courantes pour les pharmaciens GMF-U et GMF respectivement étaient: répondre à des questions ponctuelles de l’équipe (95,6 % c. 87,9 %), réviser la médication (95,6 % c. 82,6 %) et effectuer des suivis (69,6 % c. 72,0 %). Les pharmaciens en GMF-U étaient plus souvent inclus dans les communications de l’équipe (82,6 % c. 62,9 %, p = 0,014), réunions d’équipe (60,9 % c. 28,8 %, p = 0,0001) et plus impliqués dans l’enseignement formel-informel (36,9–54,3 % c. 10,3–18,9 %, p < 0,0001).

Conclusion

Les données suggèrent que les pharmaciens en GMF-U sont mieux intégrés dans leur équipe. Une expérience plus longue de cette pratique et un nombre plus élevé d’heures de travail pourraient expliquer ces différences.


Affiche présentée au « Family Medicine Forum 2019 » le 1er novembre 2019 à Vancouver ( Return to Text )


REVUE D’UTILISATION DES ANTIPLAQUETTAIRES ET DES ANTICOAGULANTS ORAUX SUITE À UNE ANGIOPLASTIE CORONARIENNE CHEZ LA POPULATION HÉMODIALYSÉE CHRONIQUE ET CONNUE POUR DE LA FIBRILLATION AURICULAIRE DE L’HÔPITAL L’HÔTEL-DIEU DE QUÉBEC

Rébecca Larouche1,2, Émilie Bachand-Duval2,3, Sylvain Côté2,3, Paul Poirier2

1Candidate à la maîtrise en pharmacothérapie avancée au moment de la réalisation du projet, Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
2Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
3Centre hospitalier universitaire de Québec – Université Laval, Hôtel-Dieu de Québec, Québec (Québec) Canada

Introduction

Les dernières recommandations canadiennes sur l’utilisation de la triple thérapie chez les patients qui présentent de la FA et qui doivent subir une angioplastie coronarienne reposent sur des données de faible qualité. Les hémodialysés ont été exclus de toutes les études ayant mené à ces recommandations, ce qui rend la décision encore plus difficile pour cette sous-population. Sans oublier qu’il s’agit de patients avec un risque thrombotique, cardio-embolique et hémorragique plus élevé. Étant un centre tertiaire en cardiologie et quaternaire en néphrologie avec une clinique externe de dialyse, les cliniciens de l’Hôtel-Dieu de Québec (HDQ) se retrouvent fréquemment confrontés à cette problématique clinique.

Objectif

Décrire les stratégies d’utilisation des antiplaquettaires et des anticoagulants oraux en post-angioplastie chez le sous-groupe de patients sous hémodialyse chronique et connu pour fibrillation/flutter auriculaire de l’HDQ. Comparer les résultats aux dernières recommandations canadiennes sur l’utilisation des médicaments antithrombotiques et soulever les évènements et effets indésirables survenus suite à l’intervention.

Méthode

Étude descriptive longitudinale avec collecte de données rétrospective entre février 2015 et mars 2019. Les données en lien avec les caractéristiques des patients, les procédures d’angioplastie coronarienne, les stratégies d’utilisation des antiplaquettaires et des anticoagulants oraux et les évènements et effets indésirables survenus ont été colligés.

Résultats

Sur 40 patients, huit (20 %) étaient sous triple thérapie suite à l’intervention. Huit autres sujets (20 %) avaient un régime qui prévoyait la reprise de l’anticoagulant après une durée de double thérapie antiplaquettaire d’un à six mois. Pour les 24 autres patients sans anticoagulation, une double thérapie antiplaquettaire a été prévue pour un à trois mois (5 %) ou un an (48 %) ou à vie (10 %). Huit de ces 24 patients étaient anticoagulés avant l’intervention. Six patients (15 %) ont expérimenté au moins un saignement majeur et neuf patients (23 %) au moins un saignement non majeur cliniquement significatif. Aucune thrombose de tuteur et aucun évènement thrombo-embolique n’a été répertorié.

Conclusion

Choisir la thérapie antiplaquettaire et l’anticoagulothérapie optimale chez les patients hémodialysés qui présentent également de la fibrillation auriculaire et qui doivent subir une angioplastie coronarienne est un problème clinique complexe pour lequel nous manquons de données probantes. Les choix thérapeutiques devraient être évalués individuellement pour chaque patient.


Projet de résidence réalisé à l’hôpital L’Hôtel-Dieu de Québec ( Return to Text )


L’IMPACT D’UN NOUVEAU MODÈLE DE SOINS PHARMACEUTIQUES SUR LA POLYPHARMACIE ET LES MÉDICAMENTS POTENTIELLEMENT INAPPROPRIÉS EN CENTRE D’HÉBERGEMENT DE SOINS DE LONGUE DURÉE AU CANADA: LE MODÈLE PEPS

Rachel Rouleau1,2,3, Carolina Tisnado Garland4,5, Marc-André Thivierge2,6, Laurent Béchard2,6, Line Guénette1,3,7, Edeltraut Kröger1,3,5, Caroline Sirois2,3,5,7

1Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
2Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale, Québec (Québec) Canada;
3Centre de recherche sur les soins et les services de première ligne – Université Laval, Québec (Québec) Canada;
4Département de médecine sociale et préventive, Faculté de médecine, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
5Centre d’excellence sur le vieillissement de Québec, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale, Québec (Québec) Canada;
6Candidat à la maîtrise en pharmacothérapie avancée au moment de la réalisation du projet, Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
7Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Québec – Université Laval, Québec (Québec) Canada

Introduction

La polymédication et les médicaments potentiellement inappropriés (MPI) sont fréquents en centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD). Le Projet d’Évaluation de la Personnalisation des Soins (PEPS) en soins de longue durée visait à améliorer cette situation.

Objectif

Déterminer l’impact sur la proportion de résidents consommant 10 médicaments et plus (polymédication excessive) et la probabilité de recevoir au moins un MPI selon les critères de Beers 2015.

Méthode

Nous avons mené une étude quasi expérimentale auprès des résidents de 65 ans et plus de deux CHSLD exposés (359 lits) à PEPS et deux témoins (241 lits). Les données ont été collectées dans les dossiers pharmacologiques et les dossiers médicaux papier. Nous avons analysé les prescriptions actives à 0, 3, 6, 9 et 12 mois.

Résultats

En 12 mois, le nombre moyen de médicaments réguliers par individu est passé de 8,96 à 6,88 (exposé) et est resté stable dans le groupe témoin (différence des différences de 1,10; p < 0,0001). La proportion de résidents recevant une polymédication excessive est passée de 42 % à 20 % (exposés) et de 50 % à 41 % (témoins) (différence des différences de 13 %; p < 0,0001) et celle de ceux recevant au moins un MPI régulier est passée de 61 % à 46 % (exposés) et de 69 % à 60 % (témoins) (différence des différences de 7 %; p < 0,37) et le nombre moyen de MPI est passé de 0,79 à 0.56 (exposé) et de 1,08 à 0,90 (témoin)(p = 0,0022).

Conclusion

Comparée aux soins usuels, l’intervention PEPS diminue la polymédication et le nombre moyen de MPI.


Affiche présentée à la journée recherche du Centre de recherche sur les soins et les services de première ligne de l’Université Laval, le 10 décembre 2019 à Québec ( Return to Text )


ANALYSE DE L’IMPLANTATION D’UNE TRAJECTOIRE DE SOINS PHARMACEUTIQUES CHEZ LES AÎNÉS

Sara Khalilipalandi1, Benoit Cossette1,2, Audrey Vandesrasier2, Louise Mallet3,4, Geneviève Ricard1,2, Rolande Poirier2, Suzanne Gosselin1,2, Marie-France Langlois1,2, Caroline Sirois5, Yves Couturier6, Claudie Rodrigue2, Mylaine Breton1

1Faculté de médecine et sciences de la santé, Université de Sherbrooke, Sherbrooke (Québec) Canada;
2Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie-Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, Sherbrooke (Québec) Canada;
3Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada;
4Centre universitaire de santé McGill, Montréal (Québec) Canada;
5Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
6Département de travail social, Université de Sherbrooke, Sherbrooke (Québec) Canada

Introduction

Les effets indésirables médicamenteux contribuent à 30 % des hospitalisations chez les aînés, dont la moitié pourrait être évitée. Différentes trajectoires de soins pharmaceutiques réduisent les réadmissions, bien que les interventions optimales et leur implantation restent à évaluer. Une étude pilote a été menée de septembre 2018 à août 2019 dans la région de Magog afin de voir la faisabilité de l’implantation d’une trajectoire de soins pharmaceutiques entre les pharmaciens hospitaliers et communautaires au Québec.

Objectif

Notre étude vise à mieux comprendre les facilitateurs et les obstacles à l’implantation de cette trajectoire de soins pharmaceutiques au Québec.

Méthode

Un devis descriptif interprétatif reposant sur un échantillonnage intentionnel des professionnels impliqués dans l’intervention a été utilisé. Dix entretiens semi-dirigés ont été réalisés. L’analyse a été effectuée à partir d’un arbre de codage mixte fondé sur le cadre conceptuel d’implantation de Damschroder.

Résultats

Les facilitateurs de l’implantation incluent la présence de leaders sur le terrain, les formations et une rémunération supplémentaire pour les professionnels impliqués et la collaboration interprofessionnelle aux suivis. Les obstacles comprennent le manque d’organisation du temps alloué à l’intervention, le manque de compétence à l’utilisation de nouveau logiciel et la difficulté à rejoindre certains patients.

Conclusion

Les résultats montrent la faisabilité d’implanter une trajectoire de soins pharmaceutiques dans une région. Sa dissémination en cours dans trois régions du Québec permettra d’en poursuivre l’évaluation.


SITE WEB ONCIBLE: LA GESTION DES EFFETS INDÉSIRABLES EN QUELQUES CLICS !

Jean-Philippe Adam1,2, Nathalie Letarte1,2,3, Marie-Josée Bélanger4, Marie-Pascale Guay5

1Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada;
2Centre hospitalier de l’Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada;
3Faculté de pharmacie, Université de Montréal;
4Chargée de projet OnCible;
5Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal;
5Hôpital Général Juif, Montréal (Québec) Canada

Introduction

Avec l’utilisation grandissante des thérapies ciblées en oncologie, il peut être difficile pour les professionnels de la santé de maintenir leurs connaissances à jour. Depuis 2009, OnCible est une référence offrant de l’information scientifique rigoureuse sur les thérapies ciblées oncologiques. Le format PDF créait une barrière à la diffusion et la mise à jour rapide de l’information suivant la publication de nouvelles données.

Objectif

L’objectif primaire du projet était de mettre à jour l’information contenue dans OnCible et de créer un site web afin de diffuser gratuitement ces informations scientifiques.

Méthode

Un comité scientifique formé de trois pharmaciens œuvrant en oncologie s’est rencontré régulièrement à partir de septembre 2017. Après la révision scientifique, le site web OnCible (OnTarget) a été mis en ligne le 16 avril 2019 avec un design épuré et convivial. Une première mise à jour a eu lieu en novembre 2019.

Résultats

Comparé à l’ancienne version, huit classes de médicaments (total de 22) et 25 molécules (total de 58) ont été ajoutés à OnCible. Après 10 mois d’existence, 1889 professionnels de la santé se sont inscrits sur OnCible et se sont connectés à 6917 reprises pour consulter 24 853 pages web. Au total, 929 quiz ont été complétés (98 % taux de succès) ce qui a permis d’accorder 914 unités de formation continue aux pharmaciens du Canada.

Conclusion

Le site web d’OnCible démontre une très bonne réception depuis sa mise en ligne. Afin d’augmenter son utilisation, un plan de communication ciblée pour les infirmières et les hémato-oncologues sera mis en place en 2020.


Mise à jour d’une affiche qui a déjà été présentée: Affiche présentée au Congrès 2019 du Programme Québécois de Cancérologie – Ensemble, en réseau, pour vaincre le cancer, le 22 novembre 2019 à Montréal, disponible: https://www.msss.gouv.qc.ca/ministere/lutte-contre-le-cancer/congres-2019/ ( Return to Text )


UTILISATION DU G-CSF POUR REPRENDRE OU POURSUIVRE LA CLOZAPINE: SÉRIE DE CAS MULTICENTRIQUE QUÉBÉCOISE

Laurent Béchard1, Olivier Corbeil2, Maude Plante1, Marc-André Thivierge1, Charles-Émile Lafrenière1, Marc-André Roy2,3, Marie-France Demers2,4

1Candidat au Pharm.D au moment de la réalisation du projet, Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
2Institut universitaire en santé mentale de Québec, Québec (Québec) Canada;
3Département de psychiatrie et neurosciences, Faculté de médecine, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
4Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec), Canada.

Introduction

La clozapine possède une efficacité unique pour le traitement de la schizophrénie réfractaire; elle est cependant associée à une incidence de neutropénie de 3 %. L’utilisation de facteurs de croissance hématopoïétique, tel le Granulocyte-Colony Stimulating Factor (G-CSF), a été décrite dans la littérature afin de poursuivre ou reprendre la clozapine suite à la survenue d’une neutropénie. Cette pratique est toutefois peu étudiée.

Objectif

Décrire l’utilisation de G-CSF ayant permis la poursuite ou la reprise de clozapine suite à une neutropénie parmi les cas répertoriés au Québec.

Méthode

Les patients pour lesquels le G-CSF a été utilisé afin de reprendre ou poursuivre la clozapine lors d’une ont été identifiés en croisant les données des systèmes informatiques de plusieurs établissements de santé du Québec à celles des réseaux de surveillance de la clozapine. Une analyse descriptive a par la suite été réalisée.

Résultats

Huit cas ont été identifiés; sept pour lesquels le G-CSF a été administré au besoin (c.-à-d. en deçà d’un seuil prédéterminé de neutrophiles) et un pour qui le G-CSF a été utilisé de façon prophylactique. Trois patients reçoivent toujours la clozapine alors que cinq patients l’ont cessé définitivement, pour la plupart en raison de codes rouges additionnels (quatre en moyenne) malgré l’utilisation de G-CSF. Aucun décès ni infection secondaire aux neutropénies n’est survenu.

Conclusion

Il s’agit de la plus grande série de cas répertoriée décrivant l’utilisation de G-CSF ayant permis la poursuite/reprise de la clozapine malgré une neutropénie. D’autres études sont nécessaires afin d’identifier la stratégie optimale d’administration du G-CSF.


DESCRIPTION DE LA DOCUMENTATION DES INTERVENTIONS RÉALISÉES PAR LES PHARMACIENS AUX DOSSIERS DES PATIENTS DE L’IUCPQ-UL CIBLÉS PAR L’OFFRE DE SOINS PHARMACEUTIQUES EN VIGUEUR

Aurélie Plante-Proulx1, Isabelle Taillon2,3, Julie Racicot2,3, Julie Méthot2,3,4,5

1Candidate à la maîtrise en pharmacothérapie avancée au moment de la réalisation du projet, Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec-Université Laval, Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
2Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec-Université Laval, Québec (Québec) Canada;
3Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
4Directrice du programme de maîtrise en pharmacothérapie avancée, Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
5Centre de recherche, Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval, Québec (Québec) Canada

Introduction

Malgré des balises générales orientant la conduite des pharmaciens en matière de documentation, des zones d’incertitude persistent et aucune donnée ne révèle comment une offre de soins pharmaceutiques hiérarchisant la prise en charge des patients selon leur vulnérabilité se traduit sur la consignation des interventions.

Objectif

Décrire la documentation des interventions des pharmaciens aux dossiers des patients inscrits à l’urgence ou admis à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval ciblés selon l’offre de soins pharmaceutiques actuelle.

Méthode

Étude descriptive rétrospective transversale ayant examiné la documentation aux dossiers analysés par les pharmaciens du 5 au 21 décembre 2018. Le type de notes, la nature des interventions consignées et l’endroit de documentation ont été relevés.

Résultats

Sur 1267 dossiers révisés ponctuellement par un pharmacien, 753 (59,4 %) étaient documentés et 94 (7,4 %) comportaient minimalement une note de prise en charge globale. Les évaluations pharmaceutiques et activités de surveillance de la thérapie représentaient 79,7 % des interventions documentées. Le dossier médical était l’unique support de consignation dans 65,7 % des cas, le dossier pharmacologique dans 23,0 % des cas et 11,3 % des interventions étaient inscrites dans ces deux supports.

Conclusion

Cette étude décrivant la documentation dans le cadre d’une offre de soins pharmaceutiques hiérarchisant la prise en charge des patients selon leur vulnérabilité révèle un écart entre la pratique attendue et ce qui est réellement fait. Il s’agit d’une première étape vers l’optimisation de cette activité.


Affiche présentée à la Journée Recherche 2019 de la Faculté de pharmacie de l’Université Laval, le 2 décembre 2019 à Québec ( Return to Text )


ÉVALUATION DE LA CAPACITÉ DE DÉTECTION DES RÉACTIONS INDÉSIRABLES MÉDICAMENTEUSES GRAVES À PARTIR D’UNE SÉLECTION DE CODES DIAGNOSTICS ISSUS DE LA CLASSIFICATION INTERNATIONALE DES MALADIES

Ariane Gosselin1, Amélie Duhamel1, Isabelle Desjardins2, Denis Lebel1, Claire Chabut1, Jean-François Bussières1,3

1Département de pharmacie et Unité de recherche en pratique pharmaceutique, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec) Canada;
2Département des archives, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec) Canada;
3Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada

Introduction

Depuis décembre 2019, la Loi de Vanessa oblige les établissements de santé à déclarer les réactions indésirables médicamenteuses graves.

Objectif

Évaluer la capacité de détection de réactions indésirables médicamenteuses graves à partir d’une sélection de codes diagnostics issus de la classification internationale des maladies (CIM-version 10).

Méthode

Il s’agit d’une étude descriptive. À partir d’une séance de remue-méninge, nous avons identifié des codes diagnostics de la CIM-version 10 potentiellement liés à une réaction indésirable médicamenteuse grave. À partir de Med-EchoMD, les dossiers patients comportant ces codes en diagnostic primaire ou secondaire pour la période du 1er avril 2018 au 31 mars 2019 ont été extraits. Pour chaque dossier ciblé, nous avons revu le dossier patient numérisé afin de confirmer la présence ou non d’une réaction indésirable médicamenteuse grave.

Résultats

Sept codes diagnostics ont été identifiés soit L51.1 (Érythème polymorphe bulleux), L51.2 (Épidermolyse nécrosante subaiguë), L51.8 (Autres formes d’érythème polymorphe), L51.9 (Érythème polymorphe sans précision), N98.1 (Hyperstimulation des ovaires), T88.6 (Choc anaphylactique) et G44.4 (Céphalée médicamenteuse). Pour cette période d’étude, 31 dossiers ayant eu au moins un épisode soins ont été extraits et analysés et 61,3 % (19/31) ont présenté une réaction indésirable médicamenteuse grave. De ces cas, 68,4 % (13/19) n’avaient pas été identifiés pour déclaration à Santé Canada par notre processus régulier et ont donc été déclarés à posteriori.

Conclusion

Il est important de continuer à améliorer les critères d’identification des réactions indésirables médicamenteuses graves. Il apparaît utile de cibler des codes diagnostics prédicteurs de réactions indésirables médicamenteuses graves afin d’accroître leur déclaration. D’autres travaux sont nécessaires afin d’identifier des codes additionnels.


DÉPENSES DES DÉPARTEMENTS DE PHARMACIE EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ AU QUÉBEC – DONNÉES DU RAPPORT FINANCIER AS-471 DE 2014–2015 À 2018–2019

Marine Floutier1,2, Denis Lebel2, André Bonnici3, Jean-François Bussières2,4

1Candidate au D.Pharm. au moment de la réalisation du projet, Université de Pharmacie, Marseille, France;
2Département de pharmacie et Unité de recherche en pratique pharmaceutique, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec) Canada;
3Centre universitaire de santé McGill, Montréal (Québec) Canada;
4Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada

Introduction

Afin d’assurer le bon usage des médicaments, les chefs de départements de pharmacie effectuent périodiquement des analyses financières comparatives.

Objectif

Décrire l’évolution des dépenses des départements de pharmacie en établissement de santé au Québec selon le rapport financier AS-471 de 2014–2015 à 2018–2019.

Méthode

À partir des extraits de données disponibles sur le web pour les exercices financiers, nous avons extrait l’ensemble des lignes de données « pharmacie » et regroupé celles-ci dans une base de données afin d’analyser les dépenses.

Résultats

De 2014–2015 à 2018–2019, on note une hausse des dépenses globales en pharmacie de 21 % (c.à.d. hausse de 25 % de la composante médicament et hausse de 14 % de de la composante professionnelle). La hausse est plus marquée en 2017–2018 et 2018–2019 et est liée aux médicaments d’oncologie. En 2018–2019, les cinq secteurs représentant les coûts unitaires les plus élevés de la composante médicament par rapport à l’unité de mesure: hémato-oncologie ambulatoire (1023,23 $ canadiens [CA]/visites), soins intensifs (665,50 $CA/admission), soins spécialisés nouveau-nés (372,32 $CA/admission), hématologie-oncologie en hospitalisation (234,61 $CA/admission), soins médicaux et chirurgicaux en hospitalisation (191,62 $CA/admission).

Conclusion

Bien que les dépenses de la pharmacie ne représentent que 4,15 % des dépenses de l’ensemble des établissements de santé du Québec, elles continuent de croître à un rythme rapide. Dans la perspective de l’implantation du coût par parcours de soins et services, les chefs de départements de pharmacie doivent faire en sorte que les données publiées dans le rapport financier de leur établissement soient de qualité.


DÉMARCHE DE MISE EN PLACE D’UN COMITÉ D’ÉVALUATION DE L’ACTE PHARMACEUTIQUE

Karine Côté1, Myriam Guèvremont1, Flaviu Adrian Mosora1, Gabriel Vézina1, Jean-François Delisle1, Caroline Morin1, Stéphanie Tremblay1, Suzanne Atkinson1, Denis Lebel1, Jean-François Bussières1,2

1Département de pharmacie et Unité de recherche en pratique pharmaceutique, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec) Canada;
2Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada

Introduction

Il existe peu de données entourant l’évaluation de l’acte pharmaceutique.

Objectif

Implanter et décrire la mise en place d’un comité d’évaluation de l’acte pharmaceutique.

Méthode

Il s’agit d’une étude descriptive. L’étude est menée au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine. À partir d’une revue documentaire, d’un sondage auprès des chefs de départements de pharmacie du Québec entourant les pratiques d’évaluation, d’une exposition à des comités d’évaluation de l’acte médical et d’un inventaire des activités d’évaluation pharmaceutique, nous avons tenu des rencontres afin d’établir des modalités d’un comité d’évaluation de l’acte pharmaceutique.

Résultats

La littérature comporte des articles entourant l’évaluation de la conformité des pratiques et le bon usage des médicaments, mais très peu sur l’acte pharmaceutique. Au Québec, moins de la moitié des départements de pharmacie ont un comité d’évaluation de l’acte pharmaceutique. Du 1er avril 2018 au 31 mars 2019, 29 activités d’évaluation pharmaceutique par critères explicites ont été recensées au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine. La réflexion a mené à la mise en place d’un comité ayant pour mandat d’établir un recensement annuel des activités d’évaluation mais surtout de développer l’évaluation par critère implicite en ciblant des pratiques à risque identifiées par les membres du département. En neuf mois, trois réunions du comité ont été menées en testant un gabarit d’analyse par critère implicite.

Conclusion

Cette étude démontre la faisabilité d’implanter un comité d’évaluation de l’acte pharmaceutique en établissement de santé en continuant de valoriser les activités d’évaluation par critères explicites et en développant l’évaluation par critère implicite.


HISTOIRE DE LA PRATIQUE PHARMACEUTIQUE DANS LE NORD QUÉBECOIS

Tommy Taing1,2, Anh Nugyen3, Michael Ondrick3, Jean-François Bussières1,4

1Candidat au Pharm.D. au moment de la réalisation du projet, Faculté de Pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada;
2Unité de recherche en pratique pharmaceutique, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec) Canada;
3Centre hospitalier régional de Chisasibi, Chisasibi (Québec) Canada;
3Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada

Introduction

Depuis la découverte de la Baie d’Hudson (1610), le nord du Québec s’est développé en deux régions administratives soit le Nunavik (17) et les Terres-cries-de-la-Baie-James (18). Ces deux territoires regroupent deux nations autochtones, soit les Inuits et les Cris qui ont des besoins importants en soins de santé.

Objectif

Décrire le développement de la pratique pharmaceutique dans le nord québécois.

Méthodologie

Étude rétrospective et de terrain. La démarche comporte les étapes suivantes: revue documentaire, identification d’une liste de contacts, développement d’une grille d’entretien incluant un fil du temps avec événements, entretiens semi-dirigés, stage observationnel dans un établissement, analyse, rédaction.

Résultats

La démarche a été menée d’août à novembre 2019 et a permis d’identifier 28 contacts, 150 événements et 16 faits saillants. Le stage d’observation de 18 jours a été réalisé au département de pharmacie de l’hôpital de Chisasibi. Des pharmacies hospitalières structurées ont été implantées progressivement à Fort Georges (1949), Kuujjuaq (1968), Chisasibi (1981), Puvirnituq (1984), Mistissini (1997) pour les soins hospitaliers et ambulatoires. Outre ces lieux, des dispensaires sont aménagés dans les terres ou le long des côtes. Exercer dans le grand nord comporte de nombreux défis: isolement, chaîne thermique, risque de pénuries liées à délais de livraison, délégation d’activités, problématiques de santé particulières, rétention des ressources humaines, arrimage avec le sud.

Conclusion

Il existe peu de données sur la pratique pharmaceutique dans le nord du Québec. De nombreux pharmaciens et assistants-techniques ont contribué au développement des soins et services pharmaceutiques.


ÉVALUATION DE LA SATISFACTION FACE À L’IMPLANTATION D’UNE COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE EN PHARMACOVIGILANCE AU QUÉBEC APRÈS 12 MOIS DE PRATIQUE

Amélie Duhamel1, Céline Dupont2, Denis Lebel1, Communauté de pratique en pharmacovigilance1, Jean-François Bussières1,3

1Unité de recherche en pratique pharmaceutique, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec) Canada;
2Centre universitaire de santé McGill, Montréal (Québec) Canada;
3Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada

Introduction

En réponse aux changements introduits par la Loi de Vanessa concernant la déclaration des réactions indésirables aux médicaments au Canada, une communauté de pratique en pharmacovigilance a été mise en place sur une base volontaire à l’automne 2018.

Objectif

Évaluer la satisfaction des pharmaciens et collaborateurs de la communauté de pratique au Québec après 12 mois d’implantation.

Méthode

Étude descriptive transversale. La satisfaction a été évaluée à partir de quatre énoncés (échelle de Likert à quatre choix) et de huit dimensions (échelle de satisfaction de 0 à 10). Un sondage en ligne a été effectué en octobre 2019 auprès d’un représentant de chacun des 30 départements de pharmacie hospitalière du Québec. Un score moyen par dimension a été calculé ainsi que la proportion de répondants très en accord et en accord pour chaque énoncé.

Résultats

La communauté de pratique en pharmacovigilance s’est réunie huit fois durant la dernière année. Trente répondants (100 %) ont répondu à l’enquête. Tous les répondants se disent très satisfaits de la communauté de pratique et souhaitent sa pérennité; 72 % des répondants envisage de présenter à une prochaine rencontre. Le score moyen par dimension était: participation (8,2), interface web utilisée (9,4), horaire (8,3), durée (9,2), modalités de partage (8,7), animation (9,2), fréquence (9,8), variété des sujets (8,6). Cette initiative devrait contribuer à favoriser la déclaration des réactions indésirables aux médicaments au Canada par les hôpitaux.

Conclusion

Les pharmaciens et collaborateurs de la communauté de pratique en pharmacovigilance sont très satisfaits de cette initiative et souhaitent sa pérennité.


HISTOIRE DU PROGRAMME D’ACCÈS SPÉCIAL DE MÉDICAMENTS DE SANTÉ CANADA

Jonathan Couture1,2, Denis Lebel2, Suzanne Atkinson2, Guillaume Desmarais3, Jean-François Bussières2,4

1Candidat au Pharm.D. au moment de la réalisation du projet, Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada;
2Département de pharmacie et Unité de recherche en pratique pharmaceutique, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec) Canada;
3Bureau des affaires juridiques, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec) Canada;
4Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada

Introduction

Santé Canada permet à un médecin d’importer un médicament non commercialisé au Canada pour traiter des patients atteints de maladies graves ou potentiellement mortelles lorsque les traitements habituels s’avèrent inefficaces, inadéquats ou indisponibles.

Objectif

Décrire l’histoire du programme d’accès spécial de médicaments (PAS) de Santé Canada.

Méthode

Il s’agit d’une revue documentaire effectuée à partir de PubmedMD, GoogleMD, Google ScholarMD, CanLiiMD, de bibliothèques universitaires et de personnes exposées au PAS, nous avons établi un fil du temps et commenté l’évolution du programme.

Résultats

En réponse au scandale de la thalidomide, la Loi sur les aliments et drogues a été amendée (1966) afin de permettre au médecin d’importer un médicament d’un autre pays; au départ, les autorisations étaient données par divisions cliniques à Santé Canada. De 1989 à 1994, une entité est créée afin de traiter toutes les demandes. En 1995, le programme de médicaments d’urgence est renommé PAS. En 1996, le programme gère aussi les demandes de médicaments sans ordonnance, biologiques et radiopharmaceutiques. Une revue complète des pratiques est menée (2007) afin de migrer à un processus électronique interne (2011–2016). Une consultation (2019) est menée afin de revoir le programme. On note une croissance importante du nombre de demandes (3000 en 1980 c. 27 000 en 2000 c. 14 000 en 2016).

Conclusion

Le PAS existe depuis plus de 50 ans au Canada. Ce mécanisme d’importation est essentiel à la prestation de soins adéquats au Canada et a un impact sur le travail de nombreux pharmaciens hospitaliers au pays.


ANALYSE DES MODES DE DÉFAILLANCE LIÉES À L’IMPORTATION DE MÉDICAMENTS VIA LE PROGRAMME D’ACCÈS SPÉCIAL DE SANTÉ CANADA

Jonathan Couture1,2, Denis Lebel1, Suzanne Atkinson1, Guillaume Desmarais2, Jean-François Bussières1,3

1Candidat au Pharm.D. au moment de la réalisation du projet, Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada;
2Département de pharmacie et Unité de recherche en pratique pharmaceutique, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec) Canada;
2Bureau des affaires juridiques, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec) Canada;
3Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada

Introduction

Santé Canada permet à un médecin d’importer un médicament non commercialisé au Canada pour traiter des patients atteints de maladies graves ou potentiellement mortelles lorsque les traitements habituels s’avèrent inefficaces, inadéquats ou indisponibles.

Objectif

Identifier les modes de défaillance liées à l’importation de médicaments via le programme d’accès spécial de médicaments (PAS) de Santé Canada.

Méthode

Analyse des modes de défaillance menant à mésusage médicamenteux chez un patient. À partir d’une séance de remue méninge et d’une revue documentaire, on a identifié les étapes du circuit du médicament et les modes de défaillance applicable au PAS et produit un diagramme d’Ishikawa. À partir des modes de défaillance identifiés, une discussion a été menée et des recommandations proposées afin de réduire les risques pour le patient.

Résultats

Cinq grandes étapes du circuit du médicament ont été identifiées et 23 modes de défaillance soit: prescription du médicament (n = 2), gestion de la demande (n = 9), gestion des stocks au sein de l’établissement (n = 4), validation pharmaceutique et dispensation du produit au patient (n = 3), suivi administratif et clinique de la demande (n = 5). Quelques recommandations ont été identifiées incluant notamment l’implication des pharmaciens communautaires et le transfert électronique des ordonnances de médicaments du PAS dispensés par les hôpitaux vers le Dossier Santé Québec.

Conclusion

Bien que l’utilisation de médicaments importés au Canada via le PAS soit exceptionnelle, elle présente 23 modes de défaillance et les parties prenantes doivent les reconnaître afin de minimiser les risques pour le patient.


ANALYSE DES ENJEUX CONTRACTUELS LIÉS À L’ACHAT DE MÉDICAMENTS VIA LE PROGRAMME D’ACCÈS SPÉCIAL DE SANTÉ CANADA

Jonathan Couture1,2, Denis Lebel2, Suzanne Atkinson2, Guillaume Desmarais3, Jean-François Bussières2,4

1Candidat au Pharm.D. au moment de la réalisation du projet, Faculté de Pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada;;
2Département de pharmacie et Unité de recherche en pratique pharmaceutique, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec) Canada;
3Bureau des affaires juridiques, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec) Canada;
4Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada

Introduction

Depuis quelques années, certains fabricants exigent la signature d’une entente contractuelle impliquant l’établissement de santé et le praticien (médecin) pour que le médicament puisse être vendu au médecin dans le cadre du programme d’accès spécial (PAS), en sus de la complétion du formulaire A ou B exigé par Santé Canada.

Objectif

Décrire les principaux enjeux contractuels liés à l’achat de médicaments via le PAS de Santé Canada.

Méthode

Une analyse descriptive a été effectuée. À partir d’exemples de contrats proposés par des fabricants, nous avons établi un profil des clauses et identifié lors de discussions les principaux enjeux contractuels (i.e. préoccupations liées à la portée des clauses et leur application) pour l’établissement et le praticien.

Résultats

Quatre enjeux principaux ont été identifiés soit: 1) obligation que l’entente soit signée par un représentant de l’établissement (p.ex. président directeur général ou le chef du département de pharmacie) et le praticien qui n’est pas un employé de l’établissement; 2) prétention de l’entente à une responsabilité solidaire de l’établissement et du praticien; 3) possibilité de poursuite extraterritoriale de l’établissement et/ou du praticien; 4) limite à la couverture de l’établissement et/ou du praticien. En outre, il n’existe aucune entente type et le traitement de ces ententes est chronophage et peut causer des délais au traitement du patient.

Conclusion

Bien que l’utilisation de médicaments achetés via le PAS soit exceptionnelle, elle présente des enjeux contractuels et une réflexion s’impose afin d’optimiser la signature de telles ententes.


PRATIQUE DES SOINS PHARMACEUTIQUES AU QUÉBEC

Nathalie Marceau1

1Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec, Montréal (Québec) Canada

Introduction

En 2015, 182 hôpitaux du Québec ont fusionné pour créer 34 établissements de santé, provoquant un bouleversement de la structure des départements de pharmacie. Ces fusions ont entraîné des enjeux associés aux activités des pharmaciens et à la planification des ressources. Afin de soutenir ces membres, l’Association des pharmaciens en établissement de santé du Québec a effectué une réflexion approfondie et proposé des recommandations face à la pratique globale et spécifique de la pharmacie d’établissement.

Objectifs

Effectuer des recommandations et publier des documents afin de soutenir l’harmonisation et l’optimisation de la pratique des pharmaciens d’établissements. Proposer des ratios patients/pharmacien pour la pratique spécifique.

Méthode

Effectuer une revue de la littérature et des consultations auprès des pharmaciens et des partenaires de la santé afin de soutenir la réflexion menant à la publication de documents et à des recommandations pour la pratique globale et spécifique.

Résultats

Publication d’un document sur la pratique globale incluant 10 recommandations, d’un tableau sur l’identification des patients vulnérables, d’un document sur le rôle du pharmacien aux soins intensifs incluant un ratio pharmacien: patients et mise en place d’un site web dédié. D’autres guides sont en rédaction: le rôle du pharmacien en infectiologie, en néphrologie, en psychiatrie et à l’urgence. Ils incluront des ratios patients/pharmacien.

Conclusion

Une organisation similaire des soins pharmaceutiques dans les départements de pharmacie ainsi qu’une vision commune du parcours de soins du patient peut aider à soutenir le développement de la profession.


Affiche présentée au 54e ASHP Midyear Clinical Meeting, le 9 décembre 2019 à Las Vegas ( Return to Text )


ÉVALUATION DE LA CONFORMITÉ DE PHARMACTUEL AUX CRITÈRES RÉVISÉS DE DEUX ORGANISMES EXPERTS EN MATIÈRE D’ÉTHIQUE DE LA PUBLICATION

Christine Hamel1, Julie Méthot2,3, Vincent Leclerc2, Christian Rochefort1,4,5, Line Guénette3,6,7, Émilie Mégrourèche8, Jean-François Bussières9,10, Louise Mallet10,11

1Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Estrie – Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, Sherbrooke (Québec) Canada;
2Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec-Université Laval, Québec (Québec) Canada;
3Faculté de pharmacie, Université Laval, Québec (Québec) Canada;
4Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke et Centre de recherche Charles-Lemoyne Saguenay-Lac-Saint-Jean, Sherbrooke (Québec) Canada;
5École des sciences infirmières de l’Université de Sherbrooke, Sherbrooke (Québec) Canada;
6Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale, Québec (Québec) Canada;
7Centre de recherche du centre hospitalier universitaire de Québec – Université Laval, Québec (Québec) Canada;
8Centre hospitalier de l’Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada;
9Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec) Canada;
10Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec) Canada;
11Centre universitaire de santé McGill, Montréal (Québec) Canada

Introduction

Deux organismes reconnus au plan international concernant l’éthique, Committee on Publication Ethics (COPE) et International Committee of Medical Journal Editors (ICMJE), ont mis à jour leurs lignes directrices en 2018.

Objectif

Évaluer la conformité des lignes directrices du Pharmactuel en vigueur au 1er janvier 2020 concernant les critères révisés de l’ICMJE et COPE en matière d’éthique de la publication.

Méthode

Les nouveaux critères en matière d’éthique de l’ICMJE (n = 56) et de COPE (n = 22) ont été répertoriés. La conformité (totale ou partielle) de Pharmactuel par rapport à ces critères a par la suite été évaluée par la rédactrice en chef de Pharmactuel et validée par les membres du comité de rédaction.

Résultats

Parmi les 56 critères de l’ICMJE évalués, 31 étaient complètement conformes, 10 partiellement conformes, pour une conformité complète ou partielle de 73 %. Parmi les 22 critères de COPE évalués, 17 étaient complètement conformes et trois partiellement conformes, pour une conformité complète ou partielle de 91 %. Dix critères de l’ICMJE et un critère de COPE se rapportaient à des situations n’étant jamais survenues pour Pharmactuel. Pour la majorité des critères non conformes ou partiellement conformes, l’ajout d’information dans les politiques éditoriales ou les renseignements pour les auteurs ainsi que la création d’un document de régie interne uniformisant les pratiques au sein du comité de rédaction permettraient de corriger la non-conformité.

Conclusion

Des correctifs mineurs seront apportés et permettront à Pharmactuel d’atteindre un degré de conformité de 100 % par rapport aux critères de l’ICMJE et de COPE.




(Return to Top)


PHARMACTUEL, Vol. 53, No. 3, 2020

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


© A.P.E.S. Tous droits réservés
Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Canada ISSN 0834-065X (version papier) ISSN 2291-3025 (version électronique)