Traitement à la clonidine par voie orale pour une patiente atteinte d’hyperemesis gravidarum réfractaire

Maud Blin Mathieu, Josiane Larochelle, Marie-Hélène Turgeon

Résumé


Résumé

Objectif : Décrire un cas d’hyperemesis gravidarum réfractaire aux traitements standards dont l’état de santé s’est amélioré à la suite de la prise de clonidine par voie orale.

Résumé du cas : Il s’agit d’une femme de 32 ans souffrant de vomissements depuis le début de sa grossesse. L’aggravation de son état de santé a nécessité son hospitalisation à 14 semaines de grossesse. Les vomissements s’accompagnaient d’une hypersalivation, d’une épigastralgie, d’une perte de poids, d’une cétonurie et d’une hypokaliémie, ce qui a permis de poser un diagnostic d’hyperemesis gravidarum. Plusieurs traitements ont été entrepris pour soulager les symptômes : hydratation, pyridoxine, diphénhydramine, métoclopramide, ranitidine, pantoprazole et ondansétron. Finalement, l’ajout de la clonidine orale a permis d’obtenir un soulagement important et durable des symptômes d’hyperemesis gravidarum.

Discussion : L’hyperemesis gravidarum complique jusqu’à 2 % des grossesses. Il est possible de recourir à plusieurs médicaments dans cette indication, mais certaines patientes ne répondent pas aux traitements habituels. La clonidine est un agoniste alphaadrénergique central principalement utilisé comme antihypertenseur. Peu de données de la littérature scientifique appuient son utilisation pour le traitement de l’hyperemesis gravidarum réfractaire. D’un point de vue chronologique et clinique, on peut considérer comme probable l’efficacité de la clonidine pour le soulagement de l’hyperemesis gravidarum dans le cas présenté ici.

Conclusion : Ce rapport de cas décrit l’utilisation de la clonidine pour une patiente réfractaire aux traitements standards. L’efficacité de cet agent devra être évaluée dans le cadre d’études cliniques pour mieux établir sa place dans la thérapie.

Abstract

Objective: To describe a case of standard treatment–refractory hyperemesis gravidarum in which the patient’s condition improved following the administration of oral clonidine.

Case summary: A pregnant 32-year-old woman was admitted to hospital at 14 weeks’ gestation. She was vomiting, with hypersalivation, epigastralgia, weight loss, ketonuria and hypokalemia, leading to a diagnosis of hyperemesis gravidarum. Several treatments were used to relieve the symptoms: hydration, pyridoxine, diphenhydramine, metoclopramide, ranitidine, pantoprazole, and ondansetron. Finally, oral clonidine was prescribed, resulting in the patient’s significant and lasting symptomatic relief from hyperemesis gravidarum.

Discussion: Hyperemesis gravidarum is a complication of pregnancy in up to 2% of cases. A number of drugs can be used for this condition, but some patients do not respond to the usual treatment. Clonidine is a central alphaadrenergic agonist used mainly as an antihypertensive. Limited data exist in the scientific literature to support its use in the treatment of refractory hyperemesis gravidarum. From a chronological and clinical standpoint, clonidine was effective in relieving hyperemesis gravidarum in this patient.

Conclusion: This case report describes the use of clonidine in a patient with hyperemesis gravidarum that was refractory to standard treatment. The efficacy of this agent should be evaluated in clinical trials to better determine its therapeutic role.


Mots-clés


clonidine; grossesse; hyperemesis gravidarum; vomissement; clonidine; hyperemesis gravidarum; pregnancy; vomiting

Texte intégral :

PDF HTML

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


© A.P.E.S. Tous droits réservés
Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Canada ISSN 0834-065X (version papier) ISSN 2291-3025 (version électronique)