Perception de la formation en évaluation physique par les pharmaciens des centres hospitaliers universitaires de Québec

Marc Parent

Résumé


Résumé

Introduction: La surveillance de la thérapie médicamenteuse constitue une nouvelle responsabilité du pharmacien. Le pharmacien doit connaître et comprendre les paramètres de l’évaluation physique et devrait pouvoir posséder la compétence de procéder lui-même à cette évaluation. Les normes et directives canadiennes d’agrément des programmes de formation en pharmacie incluent maintenant la formation en évaluation physique. Le but de la présente étude consiste à évaluer la volonté des pharmaciens d’établissements universitaires de Québec de suivre une formation en évaluation physique et de décrire la perception de leurs besoins.

Méthodologie : Un formulaire comportant dix questions a été distribué aux pharmaciens exerçant dans les hôpitaux universitaires de la ville de Québec au moyen de la liste d’envoi propre à leur département, et un rappel électronique a été effectué 7 à 10 jours après l’envoi initial.

Résultats : Le taux de réponse a été de 71,6 % (106/148). La majorité des pharmaciens consultés (78 %) se disent intéressés à suivre une formation en évaluation physique. Ce taux passe à 90 % lorsque les pharmaciens supervisent des étudiants en pharmacie détenant une formation en évaluation physique. Près de la moitié des personnes interrogées estiment que cette formation, comportant une modulation du degré de difficulté, devrait être offerte aux niveaux pré et postbaccalauréat.

Conclusion : Cette enquête démontre un intérêt réel de la part des pharmaciens hospitaliers des centres universitaires de la région de Québec à mieux comprendre et à mieux maîtriser différents éléments de l’évaluation physique comme outil de surveillance de la thérapie à utiliser dans le cadre de l’exercice propre de la pharmacie.

Abstract

Introduction: Monitoring drug therapy constitutes a new responsibility for the pharmacist. The pharmacist must know and understand physical assessment parameters and should have the skills to carry out this evaluation. Canadian accreditation standards and guidelines for pharmacy training programs now include training for physical assessments. The goal of this study is to evaluate the willingness of university hospital pharmacists in Quebec City to receive training for physical assessments and to describe the perception of their needs.

Methods: Using a department mailing list, a form comprised of ten questions was distributed to pharmacists working in Quebec City university hospitals. This was followed by an electronic reminder seven to ten days after the initial mail-out.

Results: A response rate of 71.6% (106/148) was observed. The majority of pharmacists that were consulted (78%) were interested in receiving training for physical assessments. This rate increases to 90% for pharmacists supervising students that had received training in physical assessments. Nearly half of surveyed people thought that this training, with varying degrees of difficulty, should be given at the pre-bachelor and post-bachelor levels.

Conclusion: This survey demonstrates that hospital pharmacists from Quebec City region university centres have a real interest in better understanding and being more proficient in the various aspects of physical assessments as a tool for monitoring drug therapy within the proper practice of pharmacy.

Key words: clinical competency, physical assessment, pharmacist, university centre


Mots-clés


compétence clinique; évaluation physique; pharmacien; centre universitaire

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


© A.P.E.S. Tous droits réservés
Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Canada ISSN 0834-065X (version papier) ISSN 2291-3025 (version électronique)