Hyperéosinophilie majeure isolée sous ranélate de strontium : à propos d’un cas

Stéphanie Delestras, Mélanie Gilson, Édith Schir, Laurent Grange, Robert Juvin, Benoît Allenet

Résumé


Résumé

Objectif : Nous décrivons ici un cas d’hyperéosinophilie majeure, isolée, découverte fortuitement, apparue après l’administration de ranélate de strontium, puis régressive à l’arrêt du traitement.

Résumé du cas : Une patiente de 73 ans, suivie pour une polyarthrite rhumatoïde traitée par biothérapie, s’est vue proposer un traitement par ranélate de strontium pour une ostéoporose fracturaire. Trois mois plus tard, à l’occasion du suivi biologique de sa biothérapie, on a découvert une hyperéosinophilie majeure, atteignant 3,7 X 109/L sans autre anomalie clinique ou biologique associée. Par la suite, une interruption, par la patiente, de la prise médicamenteuse de ranélate de strontium a entraîné la disparition de l’hyperéosinophilie. Cette anomalie de l’hémogramme est enfin réapparue après la reprise du traitement. Devant cette chronologie évocatrice de l’imputabilité du médicament, le traitement a été définitivement suspendu. La normalisation des éosinophiles un mois plus tard a persisté avec un recul de neuf mois.

Discussion : Vingt-deux cas de syndrome d’hypersensibilité médicamenteuse (ou Drug Rash with Eosinophilia and Systemic Symptoms) ont été rapportés sous ranélate de strontium. Cependant, aucun cas d’hyperéosinophilie isolée n’a été rapporté à ce jour à notre connaissance et aucune surveillance biologique n’est recommandée au cours de ce traitement. Des complications viscérales graves auraient pu apparaître si l’administration du ranélate de strontium à notre patiente avait été poursuivie.

Conclusion : Nous recommandons la surveillance systématique de l’hémogramme sous ranélate de strontium.

Abstract

Objective: We describe a case of isolated hypereosinophilia that was discovered fortuitously, appearing after the administration of strontium ranelate and regressing following treatment discontinuation.

Case summary: A patient age 73 treated with a biologic agent for rheumatoid arthritis was proposed treatment with strontium ranelate for osteoporosis with fragility fracture. During routine follow-up three months later, hypereosinophilia was discovered, reaching values of 3.7 x 109/L, without any other clinical or biochemical abnormalities. Following discontinuation of strontium ranelate, the hypereosinophilia disappeared. This abnormality of the complete blood count reappeared after treatment was restarted. Given this suggestive chronology of drug causality, treatment was suspended indefinitely. Eosinophils returned to baseline one month later and this was persistent nine months later.

Discussion: Twenty-two cases of drug hypersensitivity syndrome (or drug rash with eosinophilia and systemic symptoms) have been reported with use of strontium ranelate. To our knowledge, however, no cases of isolated hypereosinophilia have been reported thus far. No monitoring is recommended during treatment. Serious visceral complications could have occurred had the administration of strontium ranelate been continued.

Conclusion: We recommend routine monitoring of the complete blood count when treating with strontium ranelate.

Key words: strontium ranelate, osteoporosis, hypereosinophilia, drug hypersensitivity syndrome, iatrogenic, drug reaction with eosinophilia and systemic symptoms (DRESS).


Mots-clés


ranélate de strontium; ostéoporose; hyperéosinophilie; syndrome d’hypersensibilité médicamenteuse; iatrogénie

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


© A.P.E.S. Tous droits réservés
Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Canada ISSN 0834-065X (version papier) ISSN 2291-3025 (version électronique)