L’utilisation du gemtuzumab ozogamicin (Mylotarg®) pour le traitement d’un cas de leucémie myéloïde aiguë réfractaire

Marie Hildebrand, Gabriel Gazzé

Résumé


Résumé

La leucémie myéloïde aiguë (LMA) est une maladie qui touche environ 2,4 individus sur 100 000. Même si le traitement conventionnel de la LMA peut entraîner des rémissions chez 85 % des patients, la plupart des patients auront probablement une récidive de leur maladie. De plus, les taux de rémission chez les patients plus âgés qui ont fait une récidive sont décevants et démontrent le besoin d’évaluer d’autres options thérapeutiques moins toxiques et tout à la fois efficaces. Le gemtuzumab ozogamicin (Mylotarg®), un anticorps monoclonal anti-CD33 humanisé conjugué à la calicheamicin, représente une possibilité intéressante chez les patients âgés de plus de 60 ans. Trois études ouvertes ont évalué l’efficacité et l’innocuité du gemtuzumab ozogamicin chez les patients en première récidive. On retrouve un taux de réponse globale de 30 %, évaluée en fonction de la réponse complète et partielle, étant donné que la récupération des plaquettes était un facteur limitant. Les effets adverses rapportés durant la période de traitement étaient surtout de grade 3 ou 4 et étaient retrouvés jusqu’à 28 jours après la deuxième dose de gemtuzumab ozogamicin : neutropénie (97 %), thrombocytopénie (99 %) et anémie (47 %). Le cas d’un patient en cinquième récidive de la leucémie myéloïde aiguë, chez qui le gemtuzumab ozogamicin a été administré à raison de deux doses usuelles, est présenté. Trois mois après, il démontre une réponse partielle au traitement.

Abstract

Acute myeloid leukemia (AML) is a disease that affects about 2.4 individuals out of 100,000. Despite the fact that AML conventional therapy may achieve remission in 85% of patients, most of these patients will probably suffer from a relapse of their disease. Furthermore, in older patients who have suffered from a relapse, remission rates are deceiving. Other therapeutic options less toxic need to be evaluated.

Gemtuzumab ozogamicin (Mylotarg®), an anti-CD33 humanized monoclonal antibody conjugated with calicheamicin, may represent an interesting option for patients over 60 years old. Three open trials have assessed the efficacy and safety of gemtuzumab ozogamicin in with a first relapse. The overall response rate is 30%, including both complete and partial responses, the latter including patients in whom platelet recovery is the limiting factor. The adverse reactions reported during the treatment period were of grade 3 or 4, and have occurred up to 28 days after the second dose of gemtuzumab ozogamicin. Those effects were neutropenia (97%), thrombocytopenia (99%), and anemia (47%). The case of a patient in fifth AML relapse, who has received two standard doses of gemtuzumab ozogamicin, is presented. A partial response is noted three months after treatment.


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


© A.P.E.S. Tous droits réservés
Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Canada ISSN 0834-065X (version papier) ISSN 2291-3025 (version électronique)