Hépatotoxicité liée à l’irbésartan : à propos d’un cas

Hélène Bernier

Résumé


Résumé

Objectif : Présenter un cas d’hépatotoxicité probablement associée à la prise d’irbésartan.

Résumé du cas : Il s’agit d’une patiente de 72 ans qui a consulté à l’urgence d’un centre hospitalier régional pour des nausées persistantes ayant débuté quelques semaines plus tôt mais qui se sont aggravées durant les quatre derniers jours. Deux nouveaux médicaments avaient été introduits quelques mois auparavant, soit l’irbésartan et le diclofénac, mais la prise de ce dernier avait été interrompue un mois et demi auparavant. Son bilan hépatique montrait une augmentation de la phosphatase alcaline et des transaminases ainsi qu’une bilirubinémie dans les valeurs normales. Après l’arrêt de la prise de l’irbésartan, le bilan hépatique s’est rapidement normalisé.

Discussion : Une douzaine de cas d’hépatotoxicité liée aux antagonistes des récepteurs de l’angiotensine sont décrits dans la documentation scientifique. Cinq de ces cas impliquent l’irbésartan. Le plus souvent, une atteinte hépatique secondaire à la prise d’irbésartan, se traduit par une cholestase. De plus, un cas d’hépatotoxicité ressemble à celui présenté dans cet article.

Conclusion : Selon l’algorithme de Naranjo, la réaction présentée par cette patiente est probablement liée à l’irbésartan. Même si le nombre de cas décrits dans la littérature médicale est faible, nous savons que beaucoup de patients sont exposés à cette classe de produits et que les effets indésirables liés aux médicaments sont sous-déclarés. Il faut donc demeurer vigilant en présence d’une personne recevant un médicament de cette classe et dont le bilan hépatique est perturbé.

Abstract

Objective: To present a case of hepatotoxicity probably related to the use irbesartan.

Case summary: A 72 year old patient presented to the emergency department of a regional hospital for persistent nausea having started a few weeks earlier, but worse over the last four days. The patient had been taking new medications for a few months, including irbesartan and diclofenac, but diclofenac had been stopped a month and half earlier. Liver function tests showed increases in alkaline phosphatase and transaminases and a normal bilirubin. Following the discontinuation of irbesartan, liver functions tests rapidly normalized.

Discussion: A dozen cases of hepatotoxicity secondary to angiotension receptor antagonists have been described in the scientific literature. Five of these cases involved irbesartan. Liver problems secondary to irbesartan most commonly involve cholestasis. In addition, one existing case of hepatotoxicity was similar to this one.

Conclusion: According to the Naranjo scale, the patient’s reaction is probably related to irbesartan. Despite a paucity of cases described in the medical literature, many patients are exposed to this class of medications and adverse reactions are often under reported. One must remain vigilant with patients receiving this class of medications in the presence of abnormal liver function tests.

Key word: irbesartan, hepatotoxicity, angiotensin II receptor antagonists.


Mots-clés


irbésartan; hépatotoxicité; antagoniste des récepteurs de l’angiotensine II

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


© A.P.E.S. Tous droits réservés
Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Canada ISSN 0834-065X (version papier) ISSN 2291-3025 (version électronique)