Programme de gestion des ordonnances non conformes : perspective de 36 mois

Jean-François Bussières, Denis Lebel, Lionel Brisseau, Robert Dubé

Résumé


Résumé

Introduction : L’objectif de cet article est de décrire le programme de gestion des ordonnances non conformes mis en place au CHU Sainte-Justine.

Description du programme : Le programme mis en place en 2006 permet d’accompagner d’une note explicative les ordonnances non conformes ayant mené à un retard ou à une erreur de dispensation évitée avant leur envoi à l’étage. Le pharmacien gestionnaire de risque revoit et analyse les ordonnances non conformes répertoriées et envoie une lettre cosignée par le président du CMDP au prescripteur ou au directeur de la formation des médecins résidents.

Discussion : Le département de pharmacie a traité en moyenne 556 ordonnances par jour au cours des exercices financiers 2006-2007 (d’avril à mars), 2007-2008 (d’avril à mars), 2008-2009 (d’avril à mars). Les ordonnances non conformes ont été recensées par 16 pharmaciens et six assistants techniques seniors en pharmacie à la pharmacie centrale lors du processus de saisie et de validation. À partir des données recueillies, nous avons établi un diagramme d’Ishikawa afin de décrire les quatre catégories et 17 causes liées à la rédaction d’une ordonnance non conforme.

Conclusion : Il s’agit d’une première étude descriptive d’un programme de gestion d’ordonnances non conformes comportant une rétroaction individuelle auprès de prescripteurs. Une étude qualitative évaluant les répercussions du programme sur les prescripteurs serait nécessaire pour trouver des pistes d’étude et d’interventions susceptibles de réduire la survenue des modes de défaillance et le nombre d’ordonnances non conformes.

Abstract

Introduction: The purpose of this article is to describe the CHU Sainte-Justine program for managing incorrect prescriptions.

Program description: The program implemented in 2006 makes provisions for adding an explanatory note to incorrect prescriptions where a delay or dispensing error was avoided before the medication was sent out to a floor. The pharmacist responsible for managing risk reviews and analyzes the incorrect prescriptions and sends a letter co-signed by the president of the council of physicians, dentists and pharmacists to the prescriber or to the director of residency programs.

Discussion: The pharmacy department processed on average 556 prescriptions a day during fiscal (April to March) 2006–2007, 2007–2008, and 2008– 2009. Incorrect prescriptions were recorded in the central pharmacy by 16 pharmacists and six senior pharmacy technical assistants during the process of data entry and validation. Based on data gathered, we have established an Ishikawa diagram in order to describe the four categories and 17 causes involved in writing an incorrect prescription.

Conclusion: This is the first descriptive study of a program for managing incorrect prescriptions that includes individual feedback to prescribers. A qualitative study evaluating the effects of the program on prescribers would be necessary in order to establish the review and intervention paths most likely to reduce the occurrences of failure modes and the number of prescriptions for alternative drugs.

Key words: program, incorrect prescriptions, Ishikawa.


Mots-clés


programme; ordonnance non conforme; Ishikawa

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


© A.P.E.S. Tous droits réservés
Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Canada ISSN 0834-065X (version papier) ISSN 2291-3025 (version électronique)