Prise en charge des divergences relevées au cours de l’utilisation d’un formulaire d’ordonnances présentant des renseignements issus du Dossier Santé Québec

Maude Blanchet

Résumé


Résumé

Objectif : L’objectif principal de ce projet est de décrire la prise en charge des divergences relevées au cours de l’utilisation d’un formulaire de prescription contenant des renseignements issus du Dossier Santé Québec, afin d’en estimer les répercussions cliniques sur la qualité et la sécurité des soins et des services offerts aux patients.

Mise en contexte : Après un premier projet de mise en oeuvre du formulaire d’ordonnance à l’Hôtel-Dieu de Québec (Centre hospitalier universitaire de Québec-Université Laval), l’utilisation de ce formulaire a été jugée sans danger dans le contexte des urgences. Toutefois, les délais de prise en charge des divergences relevées entre les données du formulaire et celles du Dossier Santé Québec par les équipes médicales et l’équipe de la pharmacie dans un contexte d’utilisation à plus grande échelle demeuraient un enjeu de sécurité.

Résultat : Ce projet s’est déroulé du 6 au 31 juillet 2015. Les données ont été collectées prospectivement. Au total, 111 patients ont été inclus dans l’analyse de sécurité. Parmi les 108 divergences non intentionnelles relevées, seules des divergences potentiellement non significatives n’ont pas été résolues pour le sous-groupe de patients admis à l’hôpital. Plus de 80 % des divergences non intentionnelles étaient résolues dans les 24 heures suivant l’utilisation du formulaire.

Conclusion : L’utilisation d’un formulaire d’ordonnances initiales présentant des renseignements issus du Dossier Santé Québec semble sans danger dans un contexte d’urgence. L’existence d’un processus permettant la réalisation de bilans comparatifs des médicaments pour les patients admis à l’hôpital semble favoriser la prise en charge des divergences non intentionnelles relevées.

Abstract

Objective: The primary objective of this project is to describe the management of discrepancies identified after the use of a prescription form completed with information from the Quebec Health Record in order to assess the clinical impact on the quality and safety of patient care and services.

Background: After the completion of a first project for implementing the prescription form at the Hôtel-Dieu de Québec and the Centre hospitalier universitaire de Québec-Université Laval, it was considered safe to use in the emergence department. However, the amount of time needed to manage discrepancies by the medical and the pharmacy team still presented a safety concern.

Results: The project took place from July 6 to July 31, 2015. Data were collected prospectively. In all, 111 patients were included in the project. Of the 108 unintentional discrepancies identified, only discrepancies with a non-significant potential for serious consequences were not resolved for the subgroup of admitted patients. More than 80% of the unintentional discrepancies were resolved within the first 24 hours following the use of this new form.

Conclusion: The use of an initial prescription form completed with information from the Quebec Health Record seems safe in the emergency department. The existence of a medication reconciliation process for patients who are admitted seems to promote the management of identified unintentional discrepancies.


Mots-clés


Dossier Santé Québec; ordonnance initiale; urgence; Emergency; initial prescription; Quebec Health Record

Texte intégral :

PDF HTML

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


© A.P.E.S. Tous droits réservés
Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Canada ISSN 0834-065X (version papier) ISSN 2291-3025 (version électronique)